Les déboires d'un jeune prof d'arts appliqués, où plus communément appelé prof de coloriage.

La spontanéité du verbe gagnera ce que l' orthographe ne manquera pas de perdre ... pardon d'avance ...

Note de la direction :

Toutes ressemblances avec des personnages, ou des situations, existants, ou ayant éxistés, ne seraient que simple coïncidence ....... Mais alors vraiment pas fait exprès ......


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

jeudi 12 mars 2009

Il ne faut pas confondre: giboulées de mars et précipitations ...

Empêtré dans un manque flagrant et chronique d'organisation, je me débat péniblement dans la mélasse informe de mes préoccupations tièdes, comme la mouette indolente vient s'éteindre dans quelques déjections organiques combustibles déféquées ça et là par quelques empêcheurs de se baigner en rond.

Ah!!!..... Que les vacances semblaient paisibles au noble pédagogue, qui se délestait aux premiers jours de chômage scolaire de toute formes de responsabilités et d'une partie de son intégrité hépatique, préférant aux nobles taches correctives, le charme langoureux et pétillant d'un citrate de bétaïne dissout dans quelques matinées trop grasses et dans ces propres reflux gastriques. L'amalgame pourrait semblé aussi facile qu'une jeune provinciale candide bourrée au cidre brut alanguie au bar d'un boîte sordide à l'heure où les préoccupations du prédateur mâle et les notions de jugements esthétiques se confondent, mais en aucun cas je ne vous laisserai dire que le fonctionnaire enseignant en période de relâche ne demeure qu'un alcoolique parmi tant d'autres.

Aussi inconcevable que cela puisse paraître à certain détracteurs, mon éthique professionnelle m'a poussée à tomber malade pendant mes vacances, n'est elle pas belle l'abnégation dont a fait preuve votre humble serviteur affrontant l'échine courbée et le sens du devoir en bannière les jours sombres précédant des vacances légitimement salutaires, comme le quinquagénaire réduit à néant 20 ans de complicité avec son médecin traitant le jour du dépistage du cancer de la prostate, en serrant les dents! En effet à peine avais je embrassé les premiers instants de ces congés alloués à notre méritant statut, et katia, mon traversin, que mes neurones particulièrement sensibilisés à la cause martiniquaise ont entamé, et ce sans aucune forme de préavis, une grève sauvage et semble t'il reconductible à loisir.

Le tout m' a donc permis d'alterner une période récréative d'une quasi totale inactivité avec le réveil difficile d'un lendemain qui déchante, voyant s"accumuler sur son seuil les responsabilités que j'avais pris soin de dissimuler sous le paillasson hypocrite d'une motivation en berne. Ainsi c'est donc avec la tendresse et la subtilité d'un semi remorque tentant un demi tour au frein à main dans un magasin de surgelés PICARD, que se rappellent à moi avec émotion les nombreuses tâches qui m'incombent. Le calendrier s'annonce quelque peu copieux à la limite de l'indigestion professoral et de la régurgitation crispée de toute formes administratives. Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas moins de 900 notes et autres évaluations arbitraires qu'il me faut enfourner à grands coups d'index dans le fondement euh ...dans les bases, de données d'un logiciel austère comme mormon dépressif dans la banlieue de Cholet, ajoutons à ceci la nécessaire rédaction syntaxée d'environ 300 appréciations de type : "à beaucoup perdu depuis le 1er trimestre, à commencer par le chemin de ma salle", ou " est aux arts appliqués ce qu'est la farine à la mayonnaise, une faute de goût", ou " confond trop facilement dessin et ceux de Jennifer" , ou encore " si vous ne réagissez pas, vous finirez par ne même plus vous réveiller à la fin de mon cours".... et en bonus parce que sur un index il y a plusieurs phalanges, la cerise sur le "figolu", votre obligé se fait visiter le périmètre éducatif, inspecter le fondement pédagogique la semaine prochaine....

Voilà donc pourquoi mon assiduité blogesque s'est vue vacillante et le demeurera encore une bonne semaine, le temps de laisser macérer un stress turgescent à vous faire péter une artère comme on décapsule une bouteille de muscador tiède, sous pression. Mes nuits sont aussi longues qu'une jupe sans ourlet de Jennifer parsemées de temps à autres de quelques plaisirs solitaires, tels que la rediffusion de "la nouvelle star", ou les ébats nocturnes des voisins du premier. Bref comme disait conjointement le commandant du KURSK, le petit Gregory, et un marchand de mocassin atlante: "Je me suis laissé submergé!"....

10 commentaires:

fab a dit…

courage!!!!
l'education nationale (puisqu'elle va le rester encore un petit peu!!) à encore besoin de toi!!
(petite note à ton attention sur mon blog)

BBK.mel a dit…

Une pensée pour toi et ton nain speksion ! AU moins, tu es toujours là ; occupé, mais toujours là !

Mistinguette a dit…

Tu vas être inspecté ? Tu nous donneras des nouvelles ???
Alors, bon courage. Dans l'attente de te lire...

Hermione a dit…

Ceci explique donc cela. Bonne chance, bon courage, ou ce que tu préfères pour ton inspection et pour cette ô combien stimulante période de remplissage de bulletins qui ne seront jamais lus.

superreeducateur a dit…

Petit chanceux va ! une inspection !
Que du bonheur à qui sait en profiter...
Bravo, le mormon déprimé en banlieue de Cholet, l'image est parlante, audacieuse et décalée à souhait, quand aux commentaires humoristiques sur les bulletins des morveux, attention tout de même, on peut traumatiser à vie un enfant et lui faire haïr l'art et tout ce qui s'en rapproche au point d'aller aux concerts de Didier Barbelivien et de collectionner les clowns de Buffet... (non, je déconne, on s'en branle ...)

Proctor ... a dit…

@ Fab: Merci bien, je ne sais si c'est l'éducation nationale qui a besoin de moi ou si c'est moi qui est besoin d'elle comme un toxico sa métadone...

@ BBK mel: je suis là, et le nain spekteur, le 8ème des 7 nains,n' a qua bien se tenir à sa pioche.

@Miss Tinguette: et oui je vais me faire inspecter pour vérifier que distile bel bien les grands savoirs et autres babillages culturo-artistiques à nos chères têtes blondes...

@Hermione: moi j'étais pour le remplissage des bulletins avec des émoticones, mais il parait que ça manque de crédibilité...merci pour le soutient...

@ Superreeduc: pourquoi parler de traumatismes quand il s'agit de profondes modifications comportementales, en effet si les appréciations étaient lues ou bien pires, prises en compte, on risquerait de s'apercevoir que les profs savent de quoi ils parlent, dieu m'en préserve, je préfère encore cacher au monde crédule que l'enseignant n'est pas un chomeur avec un salaire...

Adèle a dit…

Et j'espère que le temps va vraiment muer comme dit M.

Que tu va réussir à rentrer toutes tes notes et que tu vas nous poster quelques gribouillis...
et que moi j'vais me mettre au boulot !

Vacataiiireeeuh ! a dit…

Bon courage à toi !!

*Pense à ses propres appréciations *
>_<

Nola a dit…

alors maintenant que c'est passé, parles nous donc de cette inspection, défi que tu as surement relevé ac Brio ( mais si, mais si, tu sais qui c'est...)

Mistinguette a dit…

Alleeezzzzzzz !
On veut le rapport d'inspection, la caricature du visiteur, les anecdotes, croustillantes, TOUT !
Au boulot ! Et qu'ça saute !